navigation

Tournage: Le dernier jour – après-midi 2 novembre, 2010

Posté par estermann dans : Lire tout le journal,Tournage jour , trackback

Une doublure, un piano emballé et un passage à la télé 

Dernière prise, Apolline joue encore et encore cette mélodie entêtante de Schubert, bien droite sur son tabouret. Elle doit regarder Gakik, qui n’est pas là.

- Regarde vers les cordes à linge et imagine.

- Ca ne marche pas bien, je n’arrive pas à sourire aux draps.

- T’inquiète, dit affectueusement son père, je vais faire Gakik.

Et voilà que la doublure la plus chère du cinéma arménien se met en place derrière les draps pour faire rire sa fille. Car dans ce journal, j’ai omis de dire qu’Apolline est la fille de la star arménienne Vardan Pétrossian et d’Ani Hamel.

- Et pendant que j’y suis, reprend Vardan, je peux aussi faire le grand-père.

Apolline rit aux éclats. Ce tournage est aussi une belle histoire de famille.

anivardanweb.jpg

Maintenant c’est fini, même le personnage principal, le piano, fait ses adieux. Il est emballé dans sa bâche bleue, il repartira à Erevan en camion. 

 p1000441.jpg

 Le film est aussi dans une caisse, prêt à prendre l’avion pour Paris.  

p1000442.jpg 

- Le film est dans la boîte, maintenant je peux le dire, dit Boris, le producteur, cela fait deux nuits que je fais des cauchemars, des catastrophes naturelles anéantissant le tournage, inondation, tempête, dévastations de toutes sortes….  

- Tremblement de terre, continue Lévon le réalisateur. Moi c’est à partir de ce soir que je vais me mettre à rêver, chaque nuit, que le tournage est impossible, qu’une scène n’a pu être tournée et cela toutes les nuits qui vont venir.  

Boris et Lévon, le producteur et le réalisateur passent à la télé, une chaîne, Shant (éclair en arménien) qui appartient à la coproduction arménienne.

 p1000463.jpg        

- Je ferai un bon politicien, dit Boris après sa prestation où il a loué le travail du coproducteur en gommant les difficultés rencontrées.

- De toute façon, on ne peut jamais tout dire et d’ailleurs les problèmes avec le temps qui passe deviennent minuscules, reprend Lévon.

- C’est bien qu’on ait parlé des propriétaires de la domik, Samson et Arminé, comme cela par la télé, le message a le mérite d’être clair. 

p1000454.jpg

Après la diffusion du reportage et de l’interview, Samson, le propriétaire de la domik,  appelle : 

- C’est bien ce que tu as dit à la télé Lov jan (Lévon, mon chéri)

- Oui, Samsom jan, j’ai dit que vous aviez le cœur sur la main, que vous nous aviez ouvert en grand votre cœur et votre maison. 

- C’est bien car dans la ville, il y avait des rumeurs. Tu vois… tu comprends, reprit-il gêné.

- Oui, je comprends.

- Toute la ville pensait qu’avec ce tournage, nous avions gagné beaucoup d’argent. 

- Oui, maintenant toute la ville sait, que ce petit film n’était pas une grosse production hollywoodienne, qu’il n’y a pas d’argent à donner, à gagner.

- Tu sais bien dans cette ville, tout le monde imagine. 

-  Maintenant c’est clair. Il n’y aura plus de rumeurs.

Pendant ce temps, une partie de l’équipe est sur la route vers Erevan. C’est l’aube, le paysage est magnifique, des fleurs sauvages bordant les fossés de leur légerté mauve et bleue et les montagnes majestueusement drapées dans le vert des alpages, ourlés d’or.

Il y a deux voitures qui se suivent pour l’équipe technique, c’est à cause des valises, ou plutôt des coffres des voitures arméniennes dans lesquelles on stocke les bouteilles de gaz comme combustible moins onéreux que l’essence. Elles prennent toute la place du coffre. Il est impossible d’entasser un trop grand nombre de valises. Pour quatre personnes, il faut donc deux taxis.

Anne, la scripte, à l’arrière d’une des vieilles berlines, vide son flacon de médicaments contre le mal des transports.

Quand elle sort du taxi à l’aéroport, elle est verte, mais assez fière d’elle d’avoir survécu à la route chaotique et serpentine. D’un pas mal assuré, elle croise, Stéphan, le chef op, plus vert qu’elle!

- Qu’est-ce qui t’arrive?

- Ce sont des malades dans ce pays!

- Leur façon de conduire, reprend Anne, leur façon de doubler en pleine côte sans aucune visibilité.

 - Non, il y a pire et je peux te le dire moi qui ai vu pas mal de pays, on atteint ici l’extrême de ce que l’on peut supporter.

- Moi, je ne peux rien dire, je suis tout le temps malade.

- C’est eux les malades! Chaque fois qu’il faisait un dépassement dangereux, le chauffeur avant d’accélérer faisait le signe de croix, et embrassait la Vierge Marie accrochée à son rétroviseur. 

Et pourtant sans être Arménien, Stéphan  est en quelque sorte du pays, car il porte comme nom de famille Massis, qui est le nom arménien donné à la montagne sacrée, symbole du pays, Ararat.

0122.jpg

 Tout est Ararat, le vin, le cognac, le pain, les restaurants… mais ceci est une autre histoire que je vous raconterai demain ou après demain, car….

…L’aventure continue…

Chers lecteurs,

Le tournage ne fait pas un film… Un film n’est pas que le tournage, il y a un long chemin à parcourir… bien acheminer les rushs à Paris, le retour de toute l’équipe…. le montage, le mixage…..d’autre lieux, d’autres personnes à rencontrer. C’est ce qui nous attend entre Paris et l’Alsace.

Ester Mann

esterweb.jpg

Commentaires»

  1. euh Ester! J’adore ton blog mais enfin tu me prêtes des propos que je n’ai jamais tenu !!! Pas trop mon genre de dire « je suis un vrai baroudeur moi ! » ;-) !!!!
    Et puis la vraie anecdote est que le chauffeur se mettait en roue libre dans les descentes. A un moment, dans un virage ou nous roulons à 100 kmh, je le vois se signer très vite, quatre fois de suite… Je pense à cet instant que nous passons près d’un cimetière ou d’un endroit où l’un de ses proches a eu un accident… Et bien non, il en a appelé aux dieux afin de doubler en plein virage, sans aucune visibilité, le camion qui était devant nous… Plus simple et économique d’appeler Dieu et ses saints que de freiner pour attendre sagement derrière le camion, ce qui nous aurait fait perdre ce bel et précieux élan en roue libre qui nous a amené jusqu’à Yerevan !!! Bise !!!

  2. et comment voir le film????

Laisser un commentaire

MoviesNewsBooks. |
cine ketezeau |
Kiefer Sutherland Filmographie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Twilight, The vampire diari...
| Play it again, Sam
| CABINE OF THE DEAD