navigation

Tournage: Deuxième jour 14 novembre, 2010

Posté par estermann dans : Lire tout le journal,Tournage jour , trackback

Tout ne se passe pas comme on le souhaiterait

- Les comédiens de Gyumri ne sont pas comme j’aimerais, ils sont artificiels. 

Le réalisateur se fâche devant un acteur qui joue le rôle d’un voisin et qui doit enchaîner cinq phrases d’affilée : 

- Je ne sais plus, je comprends ce que vous voulez, mais je ne le retiens qu’un court instant, je suis marionnettiste, jamais je ne suis devant la scène, devant les caméras. 

Même l’acteur français, qui a beaucoup d’expérience, a des difficultés face à son texte. Il bute, renâcle, recommence.  C’est à cause de cette langue propre à Gyumri, de ce dialecte mâtiné d’arménien occidental et d’arménien oriental, mêlé de mots russes. 

« C’est familier en même temps déroutant, c’est difficile à prononcer pour un Arménien d’Egypte. Jouer cela c’est comme demander à un Italien du Nord de jouer en corse, c’est à la fois proche et différent, dit Gérald Papasian, il faut que je quitte mon accent de la diaspora! ».

Le grand-père de Loussiné, Monsieur Manarian, semble ne pas avoir lu le scénario, il faut  recommencer cinq ou six fois les prises pour chaque réplique. 

Alors que les répliques doivent fuser, c’est une scène comique menée à tambour battant, tout progresse avec une infinie lenteur d’hésitations en hésitations, de baffouillements en trous de mémoire. 

- Pourquoi tu n’as pas dit ta réplique à temps, on t’attend !! 

- Je ne savais pas, je ne voulais pas déranger, mon chéri. 

Le réalisateur légèrement désespéré : 

- Je ne sais pas travailler avec les acteurs. 

- Tous les acteurs du monde entier sont comme des enfants, il faut les amener où l’on veut avec beaucoup de douceur et en même temps de fermeté. De toute façon, il faut leur répéter dix fois ce qu’ils doivent faire sinon ils se sentent perdus, affolés, le rassure Ani Hamel qui a l’habitude de soigner le spleen des comédiens. 

dsc09678.jpg

C’est l’équipe arménienne qui s’interroge, ceux qui comprennent cette langue archaïque, impénétrable, pour l’équipe française les acteurs sont expressifs, montrent bien leur intention. Gérald est éblouissant dans son rôle de Séroj, le voisin, ce rôle haut en couleurs et pittoresque, qui lui convient à merveille.

Il y a deux petits stagiaires Arméniens sur le tournage, c’est un grand jour pour eux, une équipe française à Gyumri, ça ne s’est jamais vue et ça ne se verra plus. 

La jeune stagiaire vient habillée en starlette, hauts talons noirs, jupe bouffante, blanche et courte sur des cuisses longues et fermes, elle est prête à arpenter la Croisette. Le décalage est trop grand entre ses rêves et la courette perdue au fin fond de l’Arménie. L’équipe française se met à rire, mon cœur se serre pour la jeune fille en jupette blanche, pour sa honte de s’être trompée d’endroit. Elle rentre chez elle pour se changer, mais elle revient, elle ne s’est pas vexée, c’est une fille de caractère qui sait ce qu’elle veut. 

 p1000424.jpg

Les électros sur le plateau sont créatifs, ils arrachent les gaines électriques avec les dents peu soucieux des 10.000 volts qui circulent dans les gaines. 

Le plus dur pour les techniciens français c’est de donner des indications dans l’urgence, il faut sans cesse un traducteur pour passer du français, à l’anglais pour arriver enfin en arménien dans les oreilles des techniciens. Et tout se règle au final par des gestes stressés et rapides dépassant la barrière de la langue. 

Pour amener une équipe en Arménie, il ne faut pas sélectionner l’équipe en fonction de ses compétences artistiques et techniques mais sur sa maîtrise du russe, l’Arménie est russophone et non anglophile, mais son cœur intime bat pour Charles Aznavour et pour les parfums de Paris. 

Et d’un coup l’orage gronde, on recouvre vite le piano d’une bâche bleue, il pleut des cordes.

053.jpg

Le jardin assoiffé s’offre à la pluie bienfaisante, tout le pays accueille avec joie l’eau rafraîchissante, seule l’équipe du film regarde tristement les gouttes qui tambourinent sur les toits de fer blanc, inondant la courette des domik. 

0443.jpg

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

MoviesNewsBooks. |
cine ketezeau |
Kiefer Sutherland Filmographie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Twilight, The vampire diari...
| Play it again, Sam
| CABINE OF THE DEAD